mercredi 26 novembre 2014

La chronique de Jean-Laurent Truc : Stalag II B, René et Jacques Tardi rentrent en France en 1945 au bout d’une longue et douloureuse marche

Avec Stalag II B, mon retour en France (Casterman), Jacques Tardi publie la suite très attendue de la mise en images des carnets de routes de son père, tankiste en 1940 et fait prisonnier par les Allemands. Dans son journal, à l’évacuation de son Stalag, René Tardi avait continué à tenir son journal, inscrivant les noms des villages, des endroits où avec ses compagnons d’infortune, il était passé pendant les quatre mois qu’allait durer leur calvaire sous la garde toujours agressive des soldats allemands. Le tome 1 décrivait avec la vie au quotidien au Stalag, dans ce tome 2, de fin janvier 1945 à mai de la même année, on suit René Tardi pas à pas, toujours flanqué d’un jeune garçon, témoin et futur Jacques Tardi qui sert d’interlocuteur à son père. Un retour qui était très attendu. Un album d’une force rare, émouvant, d’une rare humanité, qui remet aussi les pendules à l’heure avec la grande Histoire dans laquelle ces hommes sont embarqués, histoire de ne pas oublier.

Une longue marche, dans la neige, dans le froid, la faim au ventre, les prisonniers du Stalag II B partent sous bonne escorte de Hamerstein en Poméranie. Ils ne savent pas vers où. En ce début de 1945 l’Allemagne a perdu la guerre mais se bat encore avec rage, pris entre les Russes à l’Est et les Anglais, Américains et Français à l’Ouest. René Tardi et ses copains marchent encore et toujours, sous les coups et la crainte des exécutions sommaires par leurs gardiens, les Posten. Leur retour vers la France, ils l’espèrent d’une façon ou d’une autre mais rien ne leur permet d’y croire [...]

Lire la suite de la chronique sur Ligne Claire
Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B - Tome 2 : Mon retour en France de Jacques Tardi chez Casterman